Quel point commun entre les Aborigènes d’Australie, les Maoris de Nouvelle-Zélande, les Inuits ou encore les Mahorais Français ?

La carie dentaire est très fréquente dans le monde, c’est une maladie infectieuse évitable dont les conséquences sur la qualité de vie et la santé générale sont importantes. Les enfants touchés présentent des difficultés pour parler et mastiquer convenablement par exemple. Les inégalités sociales de santé sont très présentes dans le domaine de la santé dentaire : on sait qu’en France métropolitaine, un enfant d’ouvrier a 4 fois plus de risque de présenter des lésions carieuses à 6 ans qu’un enfant de cadre mais qu’en est-il des enfants dits autochtones ?

La santé buccodentaire des enfants des autochtones est moins bonne que celle des enfants d’ascendance européenne. L’étude sur la santé buccodentaire la plus approfondie a été menée en Australie par Jamieson et al., en 2007, auprès de plus de 1169 enfants autochtones et 6488 enfants non autochtones. Selon cette étude, les enfants autochtones de 4 à 10 ans sont près de deux fois plus susceptibles de développer des caries de leurs dents temporaires (62,5%) que les enfants non autochtones (37,2%) (1). D’autres études menées en Nouvelle-Zélande, en Alaska et au Groenland rapportent des résultats similaires (2),(3),(4).

abo_3_-_jeune_fille_danse_aborigene-ee683

Image disponible sur https://www.voyage-australie.com/culture/aborigene.html

En France, les données sont rares et les effectifs ne permettent pas toujours de faire des comparaisons statistiques raisonnables. Une exception : la Polynésie française où l’alarme avait été sonnée dès les années 60. L’enquête de Baume en 1969 objectivait l’état buccodentaire catastrophique des enfants polynésiens (5). Si en 1977, l’indice CAO (indice qui permet d’estimer l’état buccodentaire par un seul chiffre) polynésien est le plus mauvais au monde, le dernier rapport (2013) montre une nette amélioration. Cependant, en Polynésie, la prévalence de la carie reste de 58,0% pour les enfants de 6 ans contre 36,6% en Métropole, en 2013 (6).

Très peu de données sont disponibles sur l’état de santé buccodentaire des enfants dans les autres DOM-COM (Départements et Collectivités d’Outre-Mer). Un rapport de l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) sur les inégalités de santé chez les enfants de grande section de maternelle, met en évidence que l’état de santé bucco-dentaire des enfants de Guadeloupe, Martinique, Guyane et Réunion est dégradé par rapport à leurs homologues métropolitains (7). Les premières estimations réalisées en 2014 à Mayotte sont catastrophiques. Les comparaisons avec les données disponibles à l’échelle nationale montre une différence très significative de la prévalence de la carie infantile entre la Métropole et Mayotte et ce, à tous les âges. La prévalence de la carie à 6 ans est ainsi de 72,5% sur l’île (versus 36,6% en Métropole).

Comment expliquer ces différences ? Que partagent les Aborigènes, les Maoris, les Inuits et les Mahorais, qui pourrait expliquer cette vulnérabilité dentaire ?

Aucune différence biologique ne permet d’expliquer cette susceptibilité des autochtones. Toutes ces populations ont en commun d’avoir subi une occidentalisation rapide qui a profondément changé de nombreux comportements, notamment en matière d’hygiène alimentaire. On sait de façon formelle depuis les années 50 que l’exposition aux sucres est le principal facteur de risque de la maladie carieuse et ce d’autant plus que cette exposition n’est pas contrebalancée par une hygiène adaptée, un accès aux soins dentaires ou encore des mesures de santé publique comme la fluoration de l’eau ou du sel alimentaire. Ces populations combinent plusieurs facteurs de risque : elles sont souvent isolées géographiquement avec un accès au soin réduit, elles ne bénéficient pas ou peu de mesures de prévention collectives et la consommation de produits sucrés notamment de sodas y est très importante.

Sources

  1. Jamieson LM, Parker EJ, Armfield JM. Indigenous child oral health at a regional and state level. J Paediatr Child Health. mars 2007;43(3):117‑21.
  2. Rapport des résultats du module sur la santé buccodentaire de l ’Enquête canadienne sur les mesures de santé 2007-2009. Ottawa:Ministère de la santé: Santé canada; 2010 p. 111.
  3. Maori Health Web page- Oral health. http://www.maorihealth.govt.nz. 2010.
  4. Jones DB, Schlife CM, Phipps KR. An oral health survey of Head Start children in Alaska: oral health status, treatment needs, and cost of treatment. J Public Health Dent. 1992;52(2):86‑93.
  5. Baume L. Report on a dental survey among the school population of Franch Polynesia.Population surveyes and numbers of teeth present. Arch Oral Biol. 1968;13(7):787‑802.
  6. Lhomond A. Evolution des indices de caries de 1994a 2013 chez les enfants de Polynésie française. [cité 22 févr 2016]; Disponible sur: http://hal.cirad.fr/dumas-01084778/document
  7. De Saint Pol T. Les inégalités géographiques de santé chez les enfants de grande section de maternelle, France, 2005-2006. Bull Epidemiol Hebd. 2011;31:333‑8.

Auteur : nolwennlepouriel

Dentiste au centre hospitalier de Mayotte