Jeunes, sans emploi et déscolarisés : qui sont les NEET?

Le terme NEET, accronyme pour Not in Employment, Education or Training, désigne les jeunes de 15 à 29 ans qui ne sont ni employés, ni étudiants, ni stagiaires. En France, en 2015, cela concerne un jeune sur 7 de cette tranche d’âge – soit près de deux millions de jeunes. Leur taux ne cesse de croître en France comme dans le reste des pays européens ces dernières années. Les données de l’enquête Presaje (Projet de REcherche sur la SAnté des JEunes), de la cohorte SIRS (Santé, Inégalités et Ruptures sociales), et du Baromètre Santé 2010 ont permis pour la première fois en France d’apporter de la connaissance sur ces jeunes.

Il existe beaucoup d’a priori sur ces jeunes concernant :

 – leurs lieux de vie. Ils vivent aussi bien en ville qu’en zone rurale, mais les NEET sont plus nombreux à vivre dans les zones défavorisées.

– leurs origines. La part des NEET issus de l’immigration est similaire à celle des jeunes du même âge en France. Comme les NEET rentrent difficilement dans les cases administratives (trop jeunes pour être chômeur, trop vieux pour bénéficier des politiques d’aides à la jeunesse, …), ils n’ont le droit qu’à très peu d’aides sociales. Ils sont près de la moitié (44%) à n’avoir aucune ressource propre.  Seul un NEET sur cinq (23%) perçoit les ASSEDIC ou le RSA.

 – leurs consommations de tabac et de drogues. Ils sont moins nombreux à fumer des cigarettes (40% des NEETs contre 48% des jeunes du même âge en population générale du même âge). Ils ont moins souvent déjà testé le cannabis, et les drogues dures. Seuls 6% d’entre eux fument du cannabis quotidiennement. Pour ce qui est de connaître leurs coupes de cheveux, aucune étude ne s’y est encore intéressée.

 – leurs niveaux d’études. Effectivement, seuls 9% des NEETs de 18 à 25 ans ont un diplôme supérieur au bac, alors que ce taux s’élève à 20% en population générale. Cependant, seuls 31% d’entre eux ont arrêté leurs études car ils avaient obtenu le diplôme ou le niveau d’étude qu’ils souhaitaient.

Pourquoi alors ont-ils arrêté leurs études ? On peut essayer d’apporter plusieurs réponses :

– beaucoup d’entre eux ont vécu des événements de vie difficile (divorce des parents, graves problèmes de santé des parents, placement dans l’enfance …)

– beaucoup d’entre eux sont issus de familles défavorisées ou sont en rupture familiale et n’avaient pas les ressources pour poursuivre leurs études

Qu’en est-il de leur santé ?

Ils se déclarent en moins bonne santé générale que les autres jeunes du même âge. En effet, 20% d’entre eux déclarent un état de santé moyen, mauvais ou très mauvais alors que ce chiffre s’élève à 10% en population générale. Aussi, 32% des NEET étaient en surpoids ou obèses (contre 18% des jeunes en population générale du même âge); 20% étaient dépressifs (contre 7% en population générale du même âge). Ils accumulent en effet plusieurs facteurs de vulnérabilité vis-à-vis de la santé (moins bonne prise en charge sociale, moins diplômé, isolement social important, accumulation d’événements de vie difficile dans l’enfance, moins bonne connaissance du système de santé …).

Finalement, bien que les NEET présentent des profils sociaux divers, ils connaissent globalement des conditions de vie plus difficiles que celles des autres jeunes du même âge les excluant encore un peu plus du système social. Les Missions locales – seules structures institutionnelles mises en place au niveau national qui offrent un accueil dédié à ce public – ont pour mission de s’occuper à la fois de la formation, de l’emploi, du logement et de la santé de ces jeunes. Elles pourraient utilement être investies d’une mission de repérage des situations critiques en termes d’accès à la prévention et aux soins et de mise en œuvre d’actions adaptées à ces publics, notamment en termes d’éducation à la santé ou de promotion de la santé.

Sources :

Beck F, Gautier A, Guignard R, Richard J-B. Méthode d’enquête du Baromètre santé 2010. In : Beck F, Richard JB, editors. Les comportements de santé des jeunes. Saint-Denis : Editions Inpes ; 2013. P.27-50.

Lefevre T, Rondet C, Parizot I, Chauvin P. Applying multivariate clustering techniques to health data: the 4 types of healthcare utilization in the Paris metropolitan area. PloS One 2014; 9: e115064.

Mascherini M. Ledermeier S. Eurofound. Exploring the diversity of NEETs. Publications Office of the European Union. Luxembourg, 2016.

Ordonnance n°82-273 du 26 mars 1982 relative aux mesures destinées à assurer aux jeunes de 16 à 18 ans une qualification professionnelle et à faciliter leur insertion sociale. JORF (28 mars 1982).

Auteur : sarahrobert22

Je suis doctorante au sein de l’Equipe de recherche en épidémiologie sociale, médecin généraliste en centre de santé à Saint-Denis (93), et chef de clinique en médecine générale à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris).