Un suivi somatique insuffisant pour les personnes vivant avec un trouble psychique sévère : la preuve par les chiffres

Article co-écrit avec Magali Coldefy, chercheure en géographie de la santé, associée à l’Irdes

Le recours aux soins de prévention (vaccinations spécifiques, dépistage des cancers) et aux spécialistes (notamment gynécologues, dentistes, ophtalmologues) est plus faible chez les individus suivis pour un trouble psychique sévère par rapport au reste de la population, et ce bien qu’ils aient plus fréquemment de nombreuses autres pathologies chroniques. Par ailleurs, ils sont plus souvent hospitalisés pour des problèmes de santé qui n’auraient pas dû mener à une prise en charge hospitalière s’ils avaient bénéficié d’un suivi régulier en médecine générale.

Continuer à lire … « Un suivi somatique insuffisant pour les personnes vivant avec un trouble psychique sévère : la preuve par les chiffres »