Inégalités d’accès aux modes de garde pendant la petite enfance en France

Les modes de garde pendant la petite enfance sont variés, et évoluent dans le temps. Des études ont supposé l’existence d’un effet du mode de garde sur la santé de l’enfant. Cependant, l’accès à certains modes de garde des enfants avant 3 ans est inégal. Cet article constituera le premier volet d’une série d’articles sur le mode de garde et la santé de l’enfant et s’intéressera aux inégalités d’accès à certains modes de garde.

Continuer à lire … « Inégalités d’accès aux modes de garde pendant la petite enfance en France »

Précarité alimentaire et santé mentale des jeunes adultes

La précarité alimentaire est une situation dans laquelle un individu subit des restrictions quantitatives et/ou qualitatives de son alimentation, qui affectent sa qualité de vie, son bien-être et sa santé. (1) Ce n’est pas seulement une problématique qui affecte les pays les moins développés : en France, on estime que près de 12% de la population serait en situation de précarité alimentaire. (2) Les effets de la précarité alimentaire sur la santé physique (malnutrition, obésité) sont bien documentés. Nous discutons dans cet article des liens potentiels entre la précarité alimentaire et les troubles psychiatriques chez les jeunes adultes. Dans l’étude TEMPO1, ceux étant en situation de précarité alimentaire présentent plus d’épisodes dépressifs, d’idées suicidaires et de plus de problèmes de dépendance à l’alcool, à la nicotine ou au cannabis comparés aux jeunes adultes ne présentant pas de précarité alimentaire.

Continuer à lire … « Précarité alimentaire et santé mentale des jeunes adultes »

Le travail est-il bon pour notre santé ?

La souffrance psychique en lien avec le travail est un problème de plus en plus fréquent dans notre société. En médecine générale, clé dans le traitement des troubles mentaux fréquents, peu d’études sur cette thématique ont été menées en Europe, et aucune en France.

Continuer à lire … « Le travail est-il bon pour notre santé ? »

Repérage d’un mal-être chez les femmes enceintes

Femme enceinte, sport, bien-être

La grossesse est un évènement physiologique dans la vie d’une femme qui est le plus souvent accueilli avec joie. Cependant, c’est aussi une période de transition où les changements physiques, émotionnels et environnementaux sont considérables. Ces modifications peuvent altérer le bien-être des femmes enceintes.

Continuer à lire … « Repérage d’un mal-être chez les femmes enceintes »

Psychological determinants when assessing violence

Experiencing adverse life events such as war, hunger or sexual abuse can determine future psychological disorders. Little information is given to professionals to assess and to build rapport with the patient in order to evaluate these situations of violence. In this post, we discuss the different psychological consequences of traumatic events as well as the lack of screenings that take place in health reports regarding violence, in comparison to other predicaments.

Continuer à lire … « Psychological determinants when assessing violence »

Tabagisme maternel pendant la grossesse et risque d’hyperactivité/inattention chez l’enfant : mythe ou réalité ?

De nombreuses études scientifiques montrent que le tabagisme maternel au cours de la grossesse, même à dose relativement faible, est une cause potentielle de naissance prématurée et d’un petit poids de naissance de l’enfant (1). Des recherches ont également montré que les enfants de mères qui fument au cours de la grossesse ont plus de problèmes de comportement et de symptômes d’hyperactivité/inattention (définis comme le fait de courir et grimper partout, de parler de façon excessive, d’avoir du mal à attendre son tour, à soutenir son attention tant dans le travail que dans le jeu, à se conformer aux directives, à s’organiser dans son travail,  le fait de perdre souvent des affaires nécessaires pour l’école..)(2). Mais est-ce une relation causale ou une simple corrélation ?

Continuer à lire … « Tabagisme maternel pendant la grossesse et risque d’hyperactivité/inattention chez l’enfant : mythe ou réalité ? »