La mobilité de la population peut-elle aggraver l’existence d’inégalités sociales et environnementales de santé ?

Aujourd’hui, compte tenu de la croissance démographique et des nouvelles dynamiques urbaines, la mobilité des populations s’accélèrent et les territoires se redessinent. Ainsi, la mobilité de la population apparaît comme une nouvelle dimension à prendre en compte dans les études d’épidémiologie environnementale. De plus, depuis plusieurs années, la littérature scientifique documente le rôle particulier des facteurs socioéconomiques dans les études visant à quantifier l’impact sanitaire des expositions. Aussi, dans ce contexte, la question qui émerge vise à comprendre dans quelle mesure la mobilité de la population pourrait aggraver les inégalités sociales et environnementales de santé.

Continuer à lire … « La mobilité de la population peut-elle aggraver l’existence d’inégalités sociales et environnementales de santé ? »

Qu’est-ce que le renoncement aux soins ? Notion et mesure subjectives.

Interroger les individus sur la fréquence, le type et le non recours aux soins ne permet pas de rendre compte précisément de leur accès aux soins puisque cela ne mesure pas les besoins réels des individus. Le renoncement aux soins permet de prendre en compte cette notion de besoins de soins non satisfaits qu’un état de santé aurait justifié du point de vue des individus. Cet article explique en quoi le renoncement aux soins est un concept subjectif et comment la manière de le mesurer influence la réponse des individus. Continuer à lire … « Qu’est-ce que le renoncement aux soins ? Notion et mesure subjectives. »

Pénaliser financièrement les familles d’enfants violents ne ferait qu’accroître les inégalités

Dans une tribune parue dans le Monde le 28 janvier 2019, Maria Melchior discute de la conséquence néfaste de la pénalisation financière des familles dont les enfants auraient causé des violences. Cette tribune paraît à la suite de la proposition de Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education sur la responsabilisation des familles et l’accompagnement à la parentalité pour prévenir les violences. Il évoque la possibilité du retrait d’allocations familiales pour les parents qui seraient « complices d’une évolution violente de leurs enfants » a t-il déclaré à des journalistes de l’AFP.

Continuer à lire … « Pénaliser financièrement les familles d’enfants violents ne ferait qu’accroître les inégalités »

La relation entre la dépression et les facteurs de risque cardiovasculaire.

heart and brain conflict

En France, 140 000 décès par an sont dus à des maladies cardiovasculaires [1] et environ 5 à 12 % de la population française souffrent de dépression. [2]. La dépression est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires, indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaires traditionnels.  La relation entre les maladies cardiaques et l’hypertension, le diabète et la dyslipidémie* varie-t-elle en présence de la dépression ?

Continuer à lire … « La relation entre la dépression et les facteurs de risque cardiovasculaire. »

Perturbateurs endocriniens et développement neurologique : état des lieux et perspectives.

Depuis vingt ans, les scientifiques constatent avec inquiétude que les capacités intellectuelles ne cessent de diminuer à l’échelle mondiale. Si le quotient intellectuel (QI) était en hausse jusque dans le milieu des années 90, on observe depuis lors une baisse constante et régulière de celui-ci dans de nombreux pays occidentaux. A cela s’ajoute une explosion des cas d’autisme et de troubles de l’attention. Comment expliquer ces récents phénomènes ?

Continuer à lire … « Perturbateurs endocriniens et développement neurologique : état des lieux et perspectives. »

Le rôle du tabagisme maternel pendant la grossesse dans les inégalités sociales de petit poids de naissance

Environ 5 à 8% des enfants issus d’une grossesse simple naissent avec un petit poids de naissance dans les pays occidentaux, soit avec un poids inférieur à 2500 grammes. (1) Le fait de naître avec un petit poids de naissance augmente le risque de mortalité infantile ainsi que le risque d’un retard de développement et d’une santé fragilisée au cours de la vie. (2) Avoir une situation socioéconomique défavorable fait partie des facteurs augmentant le risque de naître avec un petit poids de naissance. Cela pourrait s’expliquer par des différences de comportements de santé, d’accès aux soins et de connaissances en matière de santé (« health literacy »). Parmi les comportements de santé associés à une situation socioéconomique défavorable, on retrouve le tabagisme, qui a de nombreux effets négatifs sur la santé périnatale.

Continuer à lire … « Le rôle du tabagisme maternel pendant la grossesse dans les inégalités sociales de petit poids de naissance »

Le lien entre le mode de garde et la survenue de symptômes de troubles du comportement chez les enfants.

Nous avions précédemment montré que les parents socio-économiquement défavorisés utilisaient surtout des modes de garde informels (parents, grands-parents, voisins), ne pouvant accéder financièrement aux moyens de garde formels. Cet article étudie le risque de survenue des symptômes de troubles du comportement chez les enfants en fonction de leur mode de garde.

Continuer à lire … « Le lien entre le mode de garde et la survenue de symptômes de troubles du comportement chez les enfants. »